• Home  / 
  • SEO
  •  /  Concours SEO Alsace du Cricetus: ma stratégie sociale et SMO

Concours SEO Alsace du Cricetus: ma stratégie sociale et SMO

By KrustyHack / last year
smo

D’une stratégie sociale inexistante a une stratégie sociale simple mais efficace

Ma stratégie a donc immédiatement changé. Je ne faisais plus de grossiers copier/coller/modifier depuis des sources mais j’effectuais un véritable travail de recherche à droite à gauche, pêchant de nombreuses informations sur le sujet, puis les assemblant pour pondre des textes précis et intéressants, avec en fond ma petite touche personnelle. Les résultats des SERPs à ce moment n’étaient pas glorieux. En même temps, avec le strict minimum, difficile d’espérer quelque chose.

Mais au fur et à mesure de mon implication et de mon intérêt pour le sujet, au fil des articles de plus en plus recherchés et honnêtes que j’intégrais au projet, le site a commencé à se faire doucement manger par la machine Google. Ce n’était pas encore suffisant pour espérer le podium mais c’était un début. Je me suis donc demandé ce qui me manquait. Pourquoi malgré le contenu plutôt intéressant, Google ne me prenait pas au sérieux ? La réponse fut toute simple: le social. Le con, j’avais complètement oublié un facteur pourtant primordial dans une stratégie de référencement.

Les réseaux sociaux, le cœur de ma stratégie

N’ayant jamais vraiment travaillé avec les réseaux sociaux, c’était une sorte de 1ère fois. J’ai donc immédiatement créé un compte Twitter, Instagram, Google Plus et Facebook. A chaque article mis en ligne je balançais le tout, espérant attirer un peu d’intérêt. Mais déception, ça ne suffisait pas. Mais pourquoi ? Je ne comprenais pas. Qu’est-ce qu’il manquait ? Après quelques temps passé sur des sites et forums traitant du sujet, j’ai trouvé la solution qui est pourtant simple: se créer une communauté basée sur un intérêt commun. Je le rappelle, je n’avais encore jamais fait de gestion de compte social.

J’ai donc mis en place un cercle social très précis, en suivant les leaders du domaine sur Twitter (GreenPeace, WWF and co) jusqu’à que je comprenne que la source du succès sur ce genre d’outil c’est surtout le partage de contenu. Tweeter, retweeter, suivre, intéragir avec les différents acteurs, … J’ai donc mis en place une stratégie éditoriale et sociale basique mais efficace. Je retweetais/tweetais un maximum de 6 fois par jour sur le compte du Cricetus. Je sélectionnais avec soin les tweets qui auraient le plus d’impact et potentiellement de follow. J’ai également mis en place une petite campagne publicitaire pour renforcer ma visibilité et gagner de l’abonné Twitter et pour promouvoir mes meilleurs articles.

Le combo a été plus que satisfaisant, j’ai réussi à faire grandir mon cercle communautaire et je commençais à recevoir des retweets, des mentions et des nouveaux abonnés, même une fois la campagne publicitaire terminée. Parfait ! J’essayais toujours de partager du contenu intéressant et en accord parfait avec la cause que je défendais.

Je n’ai JAMAIS cherché à faire de la quantité. Cela aurait été une erreur grave. Erreur que j’ai pu constater chez certains concurrents. Ecrire pour ne rien dire est une erreur qu’il faut éviter dans toute stratégie de référencement (WH. Pour du BH c’est une autre approche). J’ai donc ajusté mon calendrier éditorial pour arriver à environ 3 articles par semaines, puis 1 article tous les 2 jours, en faisant attention de toujours choisir un sujet d’actualité ou générateur de débats/d’émotions.

J’ai également travaillé avec Instagram et Google Plus, mais de façon beaucoup plus légère. Je ne faisais que poster mes nouveaux articles/images, sans plus. Facebook a quand à lui, joué un facteur important lors de la dernière partie du concours. Notamment pour le « sprint » final. Je l’ai utilisé comme « tunnel de conversion » en injectant un petit budget pub pour mettre en avant certains de mes posts du blog. Je choisissais toujours un articles qui pouvait intéresser et toucher un maximum de gens (exemple: l’article sur le GCO). J’ai également beaucoup joué sur l’émotion avec de jolies petites photos de hamsters tout mignons afin d’obtenir un maximum de like et de partages.

Cette stratégie a été plutôt payante et en quelques jours, sur un seul de mes posts Facebook, j’ai obtenu plus de 400 likes et partages. un coup de pouce qui m’a bien aidé sur la fin du concours pour conforter ma 1ère place. Je regrette juste de n’avoir pas adopté cette tactique dès le début, comme je l’avais fait avec Adwords, afin de tout de suite « imposer aux gens le-cricetus.alsace« , qu’ils s’en souviennent et même à la limite ne pensent qu’à ça quand ils font des recherches sur le Cricetus ou les hamsters. Ca a bien marché avec Adwords. J’attirais du clic tandis que mes concurrents n’avais pas encore mis en place de stratégie de visibilité.

Mes outils de gestion de réseaux sociaux

Pour m’aider dans ma stratégie sociale, j’ai utilisé différents outils afin d’optimiser tout ça, histoire de ne pas perdre trop de temps à retweeter, liker, suivre, … Voici donc la liste des outils que j’ai utilisés et que j’utilise encore pour mes projets.

TweetDeck, l’incontournable dashboard Twitter

tweetdeck dashboard

Un dashboard Twitter flexible et puissant

Alors si vous ne connaissez pas TweetDeck, allez tout de suite y jeter un oeil ! C’est un dashboard flexible créé par Twitter, totalement gratuit, et qui permet de gérer ses comptes Twitter. Il est possible de mettre différents widgets sur le dashboard comme le fil des tweets/retweets, des messages privés, des mentions, des notifications, suivre une recherche précise, … Bref, du très lourd.

Je pense que c’est un incontournable gratuit. Je l’utilise tous les jours pour gérer mes comptes Twitter.

[button-green url= »https://tweetdeck.twitter.com » target= »_self » position= »left »]Voir TweetDeck[/button-green]

 

 

Buffer, l’outil de gestion de contenu social

buffer app dashboard

Buffer, le dashboard de gestion de contenu

Bien gérer ses tweets/retweets, choisir les heures pour publier correctement, programmer des tweets, … Tout ça c’est possible avec Buffer. Et en plus, outre la gestion du contenu sur Twitter, on peut paramétrer d’autres comptes sociaux comme Facebook, Google Plus ou Pinterest.

Et là où Buffer est puissant, c’est lors du partage de contenu. En plus du fait que l’on peut programmer les tweets, partages Facebook/Pinterest, … on peut partager un contenu sur X plateformes sociales en même temps ou à des heures différentes. Imaginons que j’ai vu un article sur un site, je veux le partager à une heure optimisée sur Twitter et Facebook afin d’augmenter mon CTR, et bien je l’envoie à Buffer qui se chargera de le publier.

Il y a également une partie Analytics qui permet de voir l’impact des partages (clics, likes, …) et des extensions navigateur sont disponibles ! Et en prime, elles s’intègrent à TweetDeck pour pouvoir « bufferiser » les tweets/retweets ! Plutôt pratique !

Au niveau des abonnements disponibles:

  • Individual (gratuit): 5 profils sociaux connectés et 10 posts programmés en même temps (par profil)
  • Awesome (10$/mois): 10 profils sociaux connectés et 100 posts programmés en même temps (par profil)
  • Small Business (99$/mois): 25 profils sociaux connectés, jusqu’à 5 membres simultanés, 2000 posts programmés en même temps (par profil), intégration RSS, analytics avancées, …
  • Enterprise (899$/mois): 200+ profils sociaux, 25+ utilisateurs simultanés, 2000 posts programmés en même temps (par profil), intégration RSS, analytics avancées, support dédié de la « Buffer Success Team », …

Alors bien évidemment pour le concours la formule « Individual » aurait largement suffit, mais j’ai pris la formule « Awesome » pour en même temps gérer mon compte perso. A 10$/mois je trouve ça très raisonnable. Et en plus, il est possible d’utiliser le plugin WordPress HYPESocial – Buffer Pro qui permet d’envoyer automatiquement les articles du blog à Buffer. Plugin que j’ai utilisé pour le concours et que je continue d’utiliser en version pro pour tous mes projets.

[button-green url= »https://buffer.com » target= »_self » position= »left »]Voir Buffer[/button-green]

 

 

StatusBrew, le dashboard pour gérer sa communauté Twitter/Instagram

statusbrew nouveaux followers

Tableau des nouveaux followers sur StatusBrew

Là j’ai utilisé StatusBrew en version gratuite, ce qui suffisait largement au projet du Cricetus. Pour l’image d’exemple, j’ai utilisé mon compte perso car en version gratuite on ne peut avoir qu’un seul compte social connecté. Je pense toutefois passer à la version payante à 9,99$/mois qui permet de débloquer pas mal d’options. Je ne vais pas les lister ici car pour le projet du Cricetus je n’ai utilisé que la version gratuite. Cela m’a permis de contrôler mes followers, followback, rechercher des profils via des recherches précises, …

C’est pour moi un must have pour la gestion de profils sociaux. Et dans ma stratégie sociale il m’a beaucoup servi notamment pour obtenir du follower. Je faisais une recherche sur un sujet précis, je suivais des comptes intéressants, j’avais quelques followback en retour, puis je recommençais.

Certaines fonctions sont également intéressantes comme l’auto DM/Tweet pour remercier ses followers (à utiliser avec finesse) et le système automate qui permet d’effectuer des actions lors d’évènements Twitter.

On peut également rajouter des conditions assez précises à ces évènements, ce qui permet une précision intéressante dans le déroulement de scénarios automatisés:

StatusBrew Event Manager

Choix de l’évènement à surveiller

 

StatusBrew Conditions Manager

Permet d’ajouter des conditions à l’exécution de l’évènement

 

StatusBrew Actions Manager

Permet de choisir l’actions à effectuer lors de l’exécution d’un évènement

Enfin voilà, c’est un outil puissant qui permet de gérer efficacement sa communauté Twitter/Instagram.

[button-green url= »https://app.statusbrew.com/ » target= »_self » position= »left »]Voir StatusBrew[/button-green]

 

 

Conclusion

Suite à ce concours et aux essais que j’ai pu faire avec les réseaux sociaux, j’ai amélioré ma stratégie sociale afin de l’utiliser pour tous mes projets. Je pense que c’est désormais un aspect nécessaire lors du développement de la visibilité d’un site. Alors je ne pourrais pas dire que le social ai vraiment impacté de façon directe mon référencement naturel, mais il a en tout cas fortement contribué à l’amélioration de ma visibilité et du nombre de visiteurs. Car certes il y a le référencement, mais n’oublions pas que l’objectif final ce sont les visiteurs. Certains se débrouillent d’ailleurs très bien en ne faisant que du social et en ramenant un maximum de trafic sans Google.

Et pour comparer, pour environ 3200 sessions sur le site du Cricetus (début Octobre jusqu’à aujourd’hui), j’en ai eu plus de 750 provenant des réseaux sociaux. Ce qui n’est pas négligeable, surtout que le taux de rebond était assez proche de celui des résultats organiques.

A plus et bon SMO !

5 comments

Leave a comment: